Un printemps pour « nous tous » (5/2022)


FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail
Avril 2022 : Emmanuel Macron en campagne à Dijon [J.-C.Tardivon, 2022]

Mes petites réflexions printanières sur les élections de 2022 et certains de leurs enjeux…

Candidats cancérigènes

DE MACRON À MÉLENCHON, de Zemmour à Le Pen, à Pécresse ou à Jadot, tous légitiment une profonde injustice patrimoniale et salariale. Avec ces candidats à la présidentielle 2022, une minorité continuera de s’engraisser sur le dos de celles et de ceux qui supportent des galères socio-économiques d’intensités variables, souvent fortes, parfois à vie.

Ces candidats ne souhaitent pas partager équitablement le travail existant. Ils prolongent une forme de cancer social. Poutou s’en différencie en partie, mais son projet manque de cohérence.

Citoyens à prix cassés

Parce qu’ils estiment, qu’en tant qu’êtres humains, ils valent plus que d’autres, membres du gouvernement et privilégiés assumés de tous poils s’accordent des privilèges, protégés par les armes, qu’ils refusent à d’autres (Cela vous rappelle quelque chose ?).

Comme d’autres candidats, Little Nuclear Mac’ propose d’être leur représentant et leur chantre pour cinq ans de plus. Little Mac’ vend ses citoyens les moins bien « classés » à bas prix, tel un maquereau monnayant ses prostituées (à problèmes socio-économiques à rallonge) pour faire du chiffre.

Leur Reich planétaire

Ce Reich planétaire est dominé par les gouvernements des pays riches et par une foule de dirigeants économiques, banquiers, commerciaux et industriels. Anti-migrants économiques pauvres, pro-égoïsme de classe, pour l’essentiel malveillant envers la biodiversité, ce Reich-là pourrait bien durer plus de 1000 ans, tuer des centaines de millions de personnes et ravager d’immenses écosystèmes vitaux.

En France, Macron, Le Pen, ainsi que d’autres leaders politiques sont les partisans d’un tel Reich ; certains en sont les acteurs. Ici et là dans les programmes des principaux partis, on trouve juste quelques nuances, plus ou moins notables.

Peut-être pourraient-ils nous trouver un petit drapeau pour ce Reich-là.

Décembre 2021 : Emmanuel Macron avec Mohammed Ben Salman [Bandar Al-Jaloud/Saudi Royal Palace/AFP, 2021]

Petits pays

Si l’on veut laisser respirer tout le monde, plutôt que d’imposer l’unité de l’État et de la « nation » à tous, pourquoi ne pas diviser cet État en autant de petits pays, beaux pour certains, laids pour d’autres (selon moi, mais cela ne serait plus un problème avec de petits pays correspondant au souhait réel des gens) ?

Étouffer les différences via l’autorité étatique ne résoudra rien. Tous les partis ayant présenter un candidat en 2022 veulent imposer leurs lois à tous.

Un beau petit pays, ça n’est pas si compliqué… En fait, on a tout pour le construire rapidement. Utopique ? Voyons ce que le système politico-économique actuel nous réserve, à long terme.

Choisissez votre droite, soumise, « insoumise »…

La France insoumise, avec son écart de 1 à 20 entre salaires (à qualité et à temps de travail égaux), avec un héritage maximum fixé à 12 millions d’euros (« 100 fois le patrimoine net médian en France »), avec un patrimoine privé sans limite clairement établie, propose un programme social de droite. L’extrême droite politique et sociale, c’est, entre autres, Macron, heureux de fricoter avec des milliardaires, quand bien même il s’agit de tortionnaires, accessoirement rois du pétrole, tel que, en décembre 2021, le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman (France insoumise, 2022 [a] et 2022 [b] ; Le Monde, 2018).

Revenons côté salaire, à la sauce France « insoumise » : un écart de 1 à 20 ? Est-ce à dire qu’un être humain, sur un plan socio-économique, pourrait valoir 20 fois plus qu’un autre ? Quelle personne pourrait décemment dire à un agent d’entretien qui fait bien son job, par exemple (?) : « Regardes, je suis un ingénieur très recherché et je vaux dix fois plus que toi, et je le mérite, et tu le mérites ».

« Vous, les presque riens ! »

À l’avenir, pour simplifier cette belle démocratie, il suffirait peut-être de cloner le président, dès lors qu’il est ce bon « serviteur du droit et esclave du devoir » [Victor Hugo], via un logiciel programmatique, tous les cinq ou dix ans.

Au fond, la « pensée » sociale du président Macron, validée par le droit français et européen, aisément clonable, ressemble à quelque chose du genre : « J’ai besoin des rie…, pardon des presque riens (J’ai changé !) comme vous, au smic ou à peine plus, pour continuer à gagner 10 à 20 fois plus que vous (Oui, je suis dans les clous avec la France insoumise !) et me faire des couilles en or post-présidence. Merci les rie…, pardon, les presque riens (J’ai changé !) ! Si vous menacez ce statut-quo, je vous envoie la police et l’armée. Merci ! »

ventdouxprod 2022, tous droits réservés