Manifestations de collaboration avec l’Etat (3/2018)


FacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail

 

CERTAINES MANIFS SONT UTILES lorsqu’elles représentent un obstacle important aux projets étatiques nuisibles : Notre-Dame-des-Landes ; opposition étudiante/lycéenne à certaines réformes ; association à des grèves qui font reculer l’Etat ; association à des actions collectives de non-application des lois, etc. En revanche, beaucoup sinon la majorité des manifs récentes représentent une forme de coopération avec l’ordre établi et l’Etat français, quel que soit le guignol faisant office de président, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande ou Macron.

Souvent, les manifestants s’infantilisent en geignant pour obtenir plus de moyens étatiques ; ou bien ils “protestent” juste dans la rue, sans action cohérente associée, en tentant de masquer leur geignardise collaboratrice. Ce faisant, ils légitiment l’Etat paternaliste actuel. Ces manifestants-là ne rejettent pas une grande part des lois françaises à la source de leurs problèmes. S’ils rejetaient réellement ces lois, ils s’organiseraient et proposeraient un plan clair et cohérent pour en finir avec les lois qui les oppriment. S’ils rejetaient réellement ces lois oppressives, ils cesseraient de voter aux présidentielles et aux législatives en attendant passivement qu’un leader providentiel ne les libère.

Non, ces manifs sont composées de gens qui se plaignent en restant soumis. Ces manifestants-là sont animés par la peur de perdre davantage, d’où leur coopération inavouée avec l’Etat français.

Cela arrange bien ce dernier qui garde le dessus : l’Etat conserve le contrôle total des lois via le gouvernement et le parlement ; l’Etat reste pépère au chaud tandis que les manifestants gaspillent leur énergie dans la rue en pure perte ; l’Etat dirige ses forces de l’ordre pour contenir tout débordement des adultes infantilisés.

ventdouxprod 2018, tous droits réservés