Droits à la terre et au logement violés par l’Etat français (4/2018)


FacebooktwitterpinterestlinkedintumblrFacebooktwitterpinterestlinkedintumblr

 

4/4/2018

OBSÉDÉS PAR LEUR DROIT PUREMENT ARTIFICIEL à tel ou tel niveau de salaire minimum selon leur job, la plupart des citoyens domestiqués en viennent à oublier deux droits humains et environnementaux basiques violés en France depuis que la France existe :

  • Le droit de tout nouveau-né à un lopin de terre arable vital – au minimum 100 m² – et à l’accès à une eau non polluée pour l’alimenter. Ce droit permettrait de revitaliser nombre de territoires ruraux qui en ont bien besoin. On opérerait un transfert de parcelle en cas de déménagement
  • Le droit de tout nouveau-né à un logement décent salubre, convenablement éclairé (lumière diurne), durable et d’une taille correcte (au minimum 25 m² par personne) tout au long de sa vie

Ces deux droits-là devraient être gravés dans la culture ou dans la constitution d’une nation. 100 m² de terre par français, cela représenterait 6700 km² en France, soit moins de 1,3% du territoire national actuel…

Terres arables dans le Guillestrois (photo : N. Barbier, 2017).

Nicolas Barbier