droit international anti-réfugiés économiques ventdouxprod 2019 nicolas barbier

LE VIDE JURIDIQUE DU DROIT INTERNATIONAL relatif aux réfugiés dits “économiques” permet aux Etats de les rejeter, à la différence du droit international afférent aux réfugiés victimes de persécutions diverses. La convention de 1951 et le protocole de 1967 sur le statut des réfugiés, ratifiés par les Nations Unies et auxquels se réfère le règlement Dublin III (2013) de l’Union Européenne, ont validé le vide en question (Organisation des Nations Unies, 1951 et 1967 ; Conseil et parlement européen, 2013).

Qui sont ces réfugiés “économiques” ? En résumé, il s’agit de personnes fuyant les impacts destructeurs du réchauffement climatique, le manque chronique de travail décemment rémunéré et de terres arables, les dégradations environnementales graves ou irréparables, des carences majeures en termes de soins de santé ou encore certains conflits non-létaux aux effets délétères à long terme. Ces personnes sont exposées à un risque élevé de pauvreté extrême et prolongée, ainsi qu’à une espérance de vie très réduite.

Le vide juridique international sur les réfugiés “économiques” est particulièrement apprécié par les partis d’extrême-droite. En France par exemple, il donne à Marine Le Pen l’occasion de citer le droit international avec satisfaction lorsqu’elle évoque ces réfugiés (France24, 2016).

Prémédité et calculé, ce vide constitue le “pilier invisible”, d’extrême-droite, du droit international relatif aux réfugiés.

Cette faille juridique béante, responsable de la mort et de la misère d’innombrables réfugiés, est approuvée par l’immense majorité des partis politiques européens dominants, ceux de droite, les partis sociaux-démocrates, socialistes, etc. Les pirouettes intellectuelles et autres tentatives désespérées des faux modérés pour sortir de ce terrain d’entente capital avec l’extrême-droite sont autant d’impostures pathétiques.

Même les partis plus à gauche, tels la France insoumise ou bien Podemos en Espagne, n’ont pas de position claire et vraiment respectueuse à l’égard des réfugiés “économiques”. Le “statut de détresse climatique et humanitaire”, proposé par la France insoumise depuis 2018, est flou, imprécis. Il pourrait se solder par un permis de séjour très court ou un sursis du même ordre, sans considération réelle pour les besoins à moyen ou long terme des personnes concernées (France insoumise, 2018, p.24; Romero, 2019).

Pourtant, rien qu’en France, les ressources agricoles et alimentaires sont immenses. Elles sont d’ores et déjà suffisantes pour bien nourrir plusieurs dizaines de millions de réfugiés “économiques”. Si l’on regroupait les ressources agricoles, alimentaires et en logements vacants de pays comme la France, l’Allemagne, la Pologne, l’Autriche ou la Tchéquie, cumulées à celles de vastes régions telles que le Pays Basque Espagnol, l’Italie du nord, le sud de la Suède, la Catalogne, etc., le potentiel d’accueil décent de réfugiés “économiques” serait considérable. Certes, il devrait se faire au prix de quelques réaménagements agricoles et immobiliers (Clapp, 2016 ; FAO, 2018 ; Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 2019 [a], p.8, 12, and [b] ; Muller et al., 2017).

Ces réaménagements peuvent être bénéfiques à tous, y compris aux individus possédant plus que ce dont ils ont besoin pour vivre bien. J’entends par là toutes ces personnes enfermées dans leurs prisons dorées, aux nuits somme toute paisibles, à la “tranquillité” garantie par une brutalité à visibilité et à intensité variables : celle de leur force armée, achetée.

Sources

Clapp J., 2016. Food self-sufficiency: Making sense of it, and when it makes sense. Food policy. Num. 66, pp.88-96. 19/9/2019.

Conseil et parlement européen, 2013. RÈGLEMENT (UE) No 604/2013 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 26 juin 2013 établissant les critères et mécanismes de détermination de l’État membre responsable de l’examen d’une demande de protection internationale introduite dans l’un des États membres par un ressortissant de pays tiers ou un apatride (refonte). 18/9/2019.

FAO, 2018. Graphique Food availability: Average protein supply (g/capita/day) (3-year average). 19/9/2019.

France24, 2016. Marine Le Pen : “Les réfugiés, on les renvoie chez eux”. 19/9/2019.

France insoumise, 2018. POUR UNE POLITIQUE MIGRATOIRE HUMANISTE SOLIDAIRE RAISONNÉE ET RÉALISTE – Propositions du groupe parlementaire « La France insoumise ». 19/9/2019.

Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 2019 [a]. En 2018, l’excédent agroalimentaire se redresse,tiré par les exportations de céréales. 5/9/2019.

Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 2019 [b]. Bulletin mensuel – Informations disponibles au 05 avril 2019 [Grandes cultures; Légumes; Fruits]. 5/13/2019.

Muller A. et al., 2017. Strategies for feeding the world more sustainably with organic agriculture. Nature communications. Num. 8. 19/9/2019.

Organisation des Nations Unies, 1951 et 1967. Convention et protocole relatifs au statut des réfugiés. 18/9/2019.

Romero J. M., 2019. The future of Spain: five parties, two models. El Pais. 19/9/2019.

ventdouxprod 2019, tous droits réservés